OUVERTURE DES CONSULTATIONS AVEC L'OPPOSITION

Le premier ministre Amadou Gon Coulibaly (à g) a eu de chaudes poignées de main avec les opposants, au terme de la rencontre

Côte d'Ivoire- Comme s’y était engagé le chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara, les consultations entre le gouvernement et l’opposition se sont ouvertes, ce mardi 22 janvier 2019.

OUVERTURE DES CONSULTATIONS AVEC L'OPPOSITION

Amadou Gon (1er ministre): «Œuvrons ensemble à dissiper les

doutes et les craintes...»

 

Côte d'Ivoire- Comme s’y était engagé le chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara, les consultations entre le gouvernement et l’opposition se sont ouvertes, ce mardi 22 janvier 2019.

A l’ouverture de ces réflexions, le premier ministre Amadou Gon Coulibaly a

partagé son espoir de parvenir à une réforme consensuelle de la Commission

électorale indépendante (Cei). Un chantier qui devrait non seulement renforcer la

transparence des élections mais aussi rassurer toutes les parties sur la fiabilité des

résultats qui en seront issues.

«Le nouveau cadre juridique qui résultera de nos réflexions sur la Réforme de la

Commission électorale indépendante, que je souhaite riches et fécondes, doit

nous conduire à des élections libres, transparentes et apaisées pour le nouveau

cycle électoral qui débute en 2020. Œuvrons donc ensemble à dissiper les doutes

et les craintes, quant à la perspective des élections de 2020 ! », a dit Amadou

Gon qui a appelé l’ensemble des acteurs de la vie politique à des échanges

fructueux et responsables, au regard des conséquences de ce projet sur l’avenir du

pays.

«L’ouverture du dialogue politique sur la Réforme de la Commission électorale

indépendante, engage notre responsabilité, à tous, de bâtir un pays

démocratique, où l’organisation des élections s’opère sans générer de crise. La

Côte d’Ivoire doit tirer définitivement les leçons des crises passées autour de la

question électorale, et s’engager résolument pour une vie démocratique apaisée,

afin de construire ensemble, pour les générations présentes et futures, une nation

forte et en paix», a suggéré le chef du gouvernement, qui rencontrera le 24

janvier prochain, les acteurs de la société civile, dans le cadre d’un dialogue plus

inclusif.

La prochaine rencontre avec l’opposition se tiendra, elle, en début du mois de

février. Le gouvernement attend, pendant les deux prochaines semaines, les

contributions des différents partis. Des propositions prenant en compte, les acquis

«qui doivent aider à la réflexion, dans notre quête d’un organe impartial,

efficace, régi par un processus de prise de décisions transparent».

 

BADOU Pierre